La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Vers le zéro phyto dans les communes wallonnes : état de la situation dans les communes partenaires du Contrat de rivière Haute Meuse
Gaëlle Warnant  •  10 août 2017  •  Santé environnement  •  Eau / Pollution de l’eau

-

Si la route est encore longue vers une Wallonie sans pesticides, une première étape importante sera l’application du « zéro phyto » dans tous les espaces publics d’ici juin 2019. Toutes les communes wallonnes sont donc engagées, à divers stades, dans la recherche et la mise en œuvre de solutions alternatives aux pesticides. La gestion des espaces verts (parcs, bords de route, cimetières, etc.) n’est pas simple quand il faut passer du « tout chimique » à d’autres techniques plus respectueuses de l’environnement. Pour évaluer leur progression vers cet objectif mais aussi et surtout pour inventorier les pratiques testées par les communes et favoriser les échanges, le Contrat de rivière Haute-Meuse (CRHM) a lancé une enquête auprès de ses 23 communes partenaires.

L’occasion de faire le point sur les méthodes existantes et leur efficacité selon l’expérience des communes.

Principaux enseignements

Au sein des 21 communes ayant répondu à l’enquête, on constate que la progression vers l’abandon total de l’usage de pesticides est assez variable mais 6 communes sont déjà passées en zéro phyto !
Cette enquête révèle la diversité des techniques utilisées par les communes sondées, aussi bien en préventif qu’en curatif (traitement mécanique/ thermique). Le degré de satisfaction de chaque pratique mesuré auprès des utilisateurs est un indicateur intéressant mais il devra être complété par des échanges entre gestionnaires d’espaces publics afin de mieux déterminer l’adéquation des techniques en fonction des spécificités des terrains à entretenir.

Retrouvez les résultats de cette enquête menée par le CRHM.

Changer de regard sur les « mauvaise herbes »

S’il n’y a pas de technique miracle pour éliminer les indésirables, des solutions sont là pour entretenir nos espaces publics de façon plus écologique. Le but étant bien d’entretenir et non d’aseptiser… Car l’enjeu est là également : changer notre regard et augmenter notre tolérance à la présence de « vert entre le béton ». Les communes se sentent souvent démunies face aux plaintes de citoyens qui voient en la présence d’herbes folles entre les tombes ou de pelouses montées en fleurs une marque négligence voire d’irrespect. Le zéro phyto est donc bien plus qu’un changement de techniques, c’est une évolution culturelle.

Tous concernés

Les restrictions d’usage de pesticides ne visent pas que les pouvoirs locaux. Les particuliers sont tenus de respecter la législation en vue de protéger les cours d’eau et l’environnement. Le CRHM a également réalisé une fiche didactique et un folder à destination des citoyens pour les informer de leur devoir.

Et parce qu’un jardin au naturel comporte bien plus d’avantages que la simple protection de l’eau, les pratiques « zéro phyto » peuvent aussi être appliquées dans les jardins privés. Conseils, astuces, kits didactiques d’élevage de dévoreuses de pucerons… sur http://www.adalia.be/




 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens