La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
La recherche en développement durable, un enjeu crucial pour la société
Fil d’infos  •  25 avril 2017  •  Développement durable

-

Carte blanche à l’initiative d’Associations 21, cosignée par 8 acteurs associatifs et 16 académiques, à propos du financement de la recherche fondamentale orientée vers le développement durable. Il n’y a pas qu’aux Etats-Unis ou en Hongrie que les chercheurs sont inquiets : en Wallonie aussi ! La société a plus que jamais besoin des résultats de ces recherches, vu les défis environnementaux et sociétaux du moment et le mouvement citoyen grandissant pour assurer la transition vers une société plus durable et solidaire.

Depuis 2014, 30 millions d’euros sont disponibles sur le compte du FNRS pour être affectés à la recherche fondamentale en développement durable. En 2016, un premier appel à projets du WISD a suscité le dépôt de 56 projets, dont l’évaluation témoigne d’un excellent niveau, constat repris par le Ministre Marcourt au Parlement de la FWB le 28 mars. Ce constat reflète le vivier et le potentiel de la recherche wallonne orientée vers le développement durable.

Pourtant, seuls 12 projets ont été sélectionnés à ce jour, pour un total de 5 millions d’euros. À quand un prochain appel à projet ? Le renouvellement de l’appel était prévu dès la création du WISD en 2013, et nous demandons qu’il soit lancé en 2017, pour que le solde disponible puisse être consacré au plus tôt à répondre à l’attente des chercheurs, et de leurs partenaires de la société civile, utilisateurs des résultats.

En réalité, la société tout entière a besoin des résultats de ces recherches. La Wallonie s’est engagée via l’Accord de Paris sur le Climat à réduire drastiquement ses émissions de gaz à effet de serre ; elle s’est engagée, en adoptant l’Agenda 2030 de l’ONU, à mettre en œuvre ses 17 objectifs de développement durable. Elle possède les outils juridiques adéquats pour mettre la recherche au service de tous les acteurs et organisations s’impliquant dans une démarche de développement durable, sans oublier les nombreux citoyens en recherche d’un emploi contribuant à cette transition vers une société durable. Il n’est que de voir le succès des films « En quête de sens » et « Demain » (1.200.000 spectateurs en France, 200.000 en Belgique), et le foisonnement d’initiatives citoyennes explorant, depuis plusieurs années, les voies de la transition.

Associations 21 avait déjà mis ces initiatives à l’honneur lors de son Forum de la Transition Solidaire le 1er avril 2015. Deux ans plus tard, ce mouvement s’est largement popularisé, mais les défis auxquels il tente de répondre s’amplifient eux aussi.

Le financement de la recherche fondamentale en développement durable reste donc un enjeu crucial, tant pour les sciences exactes qu’humaines, et surtout pour leur croisement. Il serait donc particulièrement bienvenu que le prochain appel à projets mette l’accent sur l’interdisciplinarité et permette la sélection de projets risqués, tant il est vrai que pour obtenir des résultats scientifiques, il faut pouvoir prendre des risques.

En complément à ce dispositif de financement de la recherche fondamentale financée par la Fédération Wallonie Bruxelles, nous tenons à souligner l’intérêt des recherches appliquées, financées par les Régions. Dans ce cadre, les chercheurs peuvent observer les dynamiques entre les acteurs de la société civile, et ceux-ci bénéficient directement de l’éclairage des acteurs académiques. D’où l’intérêt pour les associations comme pour les chercheurs de coconstruire des projets de recherche. On constate ainsi le succès des appels à projets Co-create, d’Innoviris à Bruxelles, qui suscitent chaque année une effervescence de tous les acteurs engagés dans la transition vers un développement durable, tant au sein d’entreprises qu’au sein d’associations. Une telle dynamique serait bienvenue en Wallonie.

A l’instar des autres acteurs de la société, toutes les universités du pays s’impliquent désormais dans le développement durable, tant sur le plan logistique que dans les cursus. Il est temps d’intégrer aussi les processus de recherche dans cette démarche.

Cosignataires associatifs :
• Eric Allaer, Institut Eco-Conseil
• Paul-Marie Boulanger, Institut pour un Développement Durable
• Antoinette Brouyaux, Associations 21 pour un Développement Durable
• Brigitte Gloire, Oxfam Solidarité
• Luc Lefèbvre, Luttes Solidarités Travail
• Lidia Rodriguez Prieto, Le Monde Selon les Femmes
• Christophe Schoune, Inter-Environnement Wallonie
• Arnaud Zacharie, CNCD-11.11.11

Cosignataires académiques :
• Tom Bauler, ULB
• Philippe Baret, UCL
• Monique Carnol, ULg
• Isabelle Cassiers, UCL
• Tom Dedeurwaerdere, UCL
• Olivier De Schutter, UCL
• Xavier Fettweis, ULg
• Louis François, ULg
• Marek Hudon, ULB
• Alain Hambuckers, ULg
• Sybille Mertens, ULg
• Guy Munhoven, ULg
• Pierre M. Stassart, ULg
• Jean-Pascal van Ypersele, UCL
• Grégoire Wallenborn, ULB
• Edwin Zaccai, ULB

Contact presse :
Antoinette Brouyaux - Associations 21




 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens