La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
La crise est-elle notre dernier espoir ?
Noé Lecocq  •  19 janvier 2017  •  Climat / changements climatiques / Effet de serre

-
Des seuils climatiques irréversibles sont sur le point d’être franchis. Pour éviter les risques les plus importants liés aux changements climatiques, l’humanité devrait réduire ses émissions à un rythme qui n’a jamais été réalisé en dehors de périodes de crise économique. On peut craindre à ce stade que la réponse politique, que le choix humain tant individuel que collectif, soient désormais insuffisants pour écarter, à eux seuls, un danger qui ne menace rien de moins que notre civilisation. Mais l’homme ne décide (heureusement) pas de tout. Alors la crise économique, non voulue et elle aussi sévèrement destructrice, pourrait-elle néanmoins nous sauver, malgré nous, du pire ? Analyse d’une pensée iconoclaste qui germera naturellement dans certains esprits de la génération Ryanair-COP21.

Avertissement : cet article, écrit dans le cadre d’une nIEWs sur la collapsologie, présente une perspective qui n’est pas tout à fait réjouissante. Nous avons cependant distillé dans le texte deux « portes de sortie », permettant d’échapper à une trop grande déprime. Lecteur, si tu en imagine d’autres, je te serai reconnaissant de les partager dans le forum au bas de l’article !

L’essentiel échappe aux décideurs

Si les décideurs avaient réellement le pouvoir qu’on leur prête, notamment dans les matières économiques, la croissance irait bien mieux. Depuis le temps qu’ils annoncent son retour pour l’année prochaine – ou celle d’après tout au plus – ils ont montré et démontré à quelle point la belle leur échappe et s’est probablement envolée pour de bon. C’est vrai en Wallonie, c’est vrai en Europe, et cela commence même à être vrai en Chine : un peu partout, les gouvernements n’arrivent plus à atteindre les objectifs de croissance qu’ils ont eux-même fixés.

Pour le climat, c’est l’inverse. Les émissions de gaz à effet de serre reculent souvent plus vite que ce que les gouvernements planifient. La Wallonie voulait réduire ses émissions de 30 % en 2020 ? Elle était déjà à -36,6 % en 2014. L’Europe voulait réduire ses émissions de 20 % en 2020 par rapport à 1990 ? Elle était déjà à -24 % en 2014 http://ec.europa.eu/clima/policies/strategies/progress_fr . Et la Chine voulait atteindre son pic d’émissions pour 2030 ? Les analystes estiment maintenant qu’elle le fera bien plus tôt (voire même qu’elle pourrait déjà l’avoir atteint).


Figure 1 : Evolution des émissions totales de gaz à effet de serre en Wallonie (source : AWAC).

A quoi sont dues ces performances meilleures que prévu ? Le cas wallon est illustratif. Les importantes réductions d’émissions peuvent, en bonne partie, être attribuées à une conjoncture économique difficile, et plus particulièrement à la diminution du volume de certaines activités fortement émettrices (comme la sidérurgie dans le cas wallon). Et quant la production augmente, les émissions suivent. A côté de cela, l’amélioration de certains processus, l’augmentation de l’efficacité énergétique, ainsi que des conditions météorologiques plus douces certaines années sont des facteurs complémentaires qui réduisent les émissions.

Des réductions d’émissions rapides et durables ?

Au niveau mondial, beaucoup d’encre a coulé pour annoncer une stabilisation des émissions depuis 2014. Il importe de bien comprendre de quoi on parle. Il s’agit d’une stabilisation des émissions de CO2 liées à la combustion des énergies fossiles et aux procédés industriels (production de ciment notamment). C’est une bonne nouvelle en soi, mais ce n’est qu’une partie de l’ensemble. Car il ne faut pas perdre de vue que les émissions anthropiques totales de CO2 (comptabilisant aussi les émissions liées à la déforestation et à l’utilisation des sols) augmentent toujours d’environ 2 % par an ces dernières années [1]. On brûle un peu moins de charbon, mais on augmente de manière inquiétante la pression sur la biomasse.

Alors quand l’Agence Internationale à l’Energie annonce un découplage mondial entre émissions de CO2 et croissance économique, il faut bien constater que malheureusement, c’est faux...


Figure 2 : Les émissions mondiales de CO2 anthropique continuent d’augmenter, même si récemment, les émissions liées à la combustion du charbon ont légèrement décliné. (source : Global Carbon Project).

Or pour avoir 66 % de chances de rester sous les 2°C [2] , les émissions mondiales devraient diminuer de 5 % par an chaque année dès 2018, comme l’a montré TheShiftProject. Un calcul similaire montre que pour avoir 50 % de chances de rester sous les 1,5 °C, les émissions mondiales devraient diminuer de plus de 11 % annuellement dès 2018.

On est donc (très) loin du compte. A l’heure actuelle, aucun des gros émetteurs (USA, Chine, Europe, Inde) ne possède d’objectifs climatiques suffisants. Ce qui ne signifie pas mécaniquement que leurs émissions seront excessives dans les faits, mais cela indique que si la volonté de leurs décideurs se réalisait telle quelle, le climat serait irrémédiablement fichu et la planète bien moins hospitalière qu’aujourd’hui...


Figure 3 : Courbes d’émissions historiques (jusqu’à 2015), objectifs annoncés (cercles) et couloirs d’émission compatibles avec un budget d’émissions pour 2°C (zone grisée) pour les quatre plus gros émetteurs.

La crise comme solution ?

Au stade où l’on en est, on voit mal comment l’humanité pourrait réaliser les réductions d’émissions nécessaires dans les temps voulus. Dans le court terme qui nous intéresse ici, ni la technologie, ni le fameux découplage CO2/PIB ne semblent pouvoir garantir le salut [3]. A moins de réductions rapides et inattendues, comme celles que pourrait peut-être provoquer un enlisement durable et profond dans la crise économique, tout espoir semble perdu (n’est-ce pas incroyable d’écrire cela ?). Par contre, si l’économie mondiale regagnait un peu en dynamisme, ne fût-ce que pendant les 3 ou 4 ans qui viennent (ce qui résulterait nécessairement en des émissions supérieures de CO2 vu l’usage accru des infrastructures émettrices existantes), il serait alors à peu près certain que les seuils de 1,5 ou 2 °C seraient dépassés. Cela donne à méditer sur ce que l’on souhaite (ou pas).

Bien sûr il sera répondu qu’il vaut mieux chercher à éviter la crise, que nous avons besoin de croissance pour satisfaire les besoins humains. De fait, la crise n’est pas un horizon souhaitable en soi, c’est le synonyme de bien des pauvretés et bien des souffrances. Mais cette réponse ignore deux choses : d’une part la survenue ou non d’une crise économique échappe en bonne partie à la décision humaine. Les crises surviennent généralement sans que l’on ait cherché à les provoquer volontairement. Si la disparition de la croissance est due à des facteurs externes, comme l’atteinte de limites physiques à l’échelle planétaire, il n’est pas forcément possible d’y remédier. D’autre part, même à envisager un succès pour éviter la crise maintenant, à se réjouir d’une croissance enfin revenue (avec ses émissions de GES), cela ne signifie-t-il pas la certitude d’obtenir une crise bien plus grande encore d’ici quelques années, quand les effets de changements climatiques accrus s’emballeront au point d’emporter l’économie mondiale ?

L’idée qu’un climat détraqué endommagera fortement l’économie commence à faire son chemin. Dans son évaluation des conséquences économiques des changements climatiques [4], l’OCDE estime que les changements climatiques représentent « un risque systémique pour l’ensemble de l’économie ». Le Forum économique mondial, souligne dans l’édition 2017 de son rapport sur les risques mondiaux [5] qu’ « un ensemble de risques environnementaux – événements climatiques extrêmes, échec de l’atténuation et de l’adaptation aux changements climatiques, crises de l’eau – a émergé cette dernière décennie comme élément central du paysage de risque mondial, et ces risques sont fortement interconnectés avec d’autres, tels que les conflits et les migrations. (…) Les cinq risques évalués dans la catégorie environnementale se trouvent au-dessus de la moyenne, tant en terme d’impact que de probabilité.  ».

De son côté, l’économiste Nicholas Stern met en garde contre une sous-estimation assez générale des dégâts économiques liés aux changements climatiques, soulignant que « de nombreux impacts parmi les plus conséquents sont omis [de la grande majorité des évaluations économiques], comme l’élargissement des conflits résultants des migrations humaines à large échelle pour échapper aux régions les plus affectées » [6].

La catastrophe climatique implique la catastrophe économique, mondialement. Mais l’inverse n’est pas forcément vrai : si l’économie mondiale se plante suffisamment tôt, suffisamment fort et de manière suffisamment durable dans le temps, peut-être l’humanité pourrait-elle encore échapper aux pires conséquences du changement climatique.

A ben voilà qui redonne de l’espoir... (ironie)

Impacts, population et migration

Il est fondamental de bien comprendre ce que sont les conséquences des changements climatiques. Et de réaliser qu’au-delà des effets physiques, ce sont les effets sociétaux induits qui sont les plus inquiétants.


Figure 4 : Classification des impacts des changements climatiques. Les impacts sociétaux et systémiques sont trop complexes pour être modélisés, et sont donc souvent peu ou mal documentés dans les études disponibles, mais ils n’en sont pas moins réels et centraux.

Nous prendrons ici un exemple, celui du Bangladesh, petit pays côtier d’Asie du Sud qui compte 160 millions d’habitants (soit plus que la Russie toute entière). Une montée des eaux de 1 mètre (un scénario possible d’ici la fin du siècle), mènerait au déplacement de 20 % de sa population, soit plus de 30 millions de personnes. Où ira tout ce monde ? Ne dites pas que ce n’est pas notre affaire : ces personnes savent que nos pays développés sont responsables des émissions historiques qui causent la perte de leur habitat. Assez légitimement nos pays recevront aussi, au-delà des appels à la solidarité, des demandes de réparation et de prise en charge du préjudice.


Figure 5 : Montée à long terme des océans au Bangladesh. Pour 2 et 4 °C de réchauffement on obtient respectivement 4,7 et 8,9 m d’élévation à l’équilibre (probablement dans plusieurs siècles).

Figure 6 : Evolution de la population du Bangladesh et de la Russie.

Tant que nous sommes occupés à franchir des tabous, on pourra aussi noter que l’explosion démographique, au Bangladesh notamment, est pour le moins préoccupante. On aurait tord d’ignorer le fait qu’une population croissante, notamment dans des lieux fortement menacés par le changement climatique, constitue une véritable bombe sociale à retardement.

Il ne s’agit pas de dire que « les pauvres » doivent faire moins d’enfants pour sauver le climat pendant que « les riches » peuvent continuer à consommer. En fait la réduction des émissions passe immanquablement par la réduction du train de vie là où il est fortement émetteur, comme dans les pays riches. Mais l’adoucissement des effets néfastes serait grandement favorisé par une modération de la natalité, notamment là où les ressources vont le plus manquer. Et de même, la diminution des émissions serait favorisée par une modération de la natalité, notamment là où les émissions par individus sont les plus importantes [7].

Que faire de tout ceci ?

Arrivés à ce stade, si vous n’avez pas envie de balayer tout ceci, si vous n’enviez pas la vision simple et rassurante des climato-sceptiques [8], c’est que je n’aurai pas été très convainquant, ou peut-être que la fin du monde vous fascine

Que faire de tout ceci donc ?

Je n’ai pas la réponse. Je constate, au vu des meilleures informations disponibles aujourd’hui, que le problème est particulièrement sérieux. Que nous y sommes peu préparés, matériellement et psychologiquement. Qu’il est urgent d’en parler, d’échanger – même si c’est difficile, car la schizophrénie est partout. Oser discuter avec humilité de questions délicates : la croissance, la consommation, le pouvoir d’achat bien sûr, mais aussi la natalité et peut-être d’autres limites à notre liberté individuelle qui pourraient être nécessaires pour vivre ensemble sur une planète finie. Pour défendre la capacité de chaque être humain à y trouver sa place, et sa part de liberté.

A titre personnel, il me semble impératif de protéger une conception du monde qui reconnaît à chaque être humain une égale dignité et ses droits fondamentaux. Car devant les tensions à venir, nos sociétés risquent de basculer dans une hiérarchisation de la vie humaine, dans un apartheid planétaire qui voit les nantis se replier sur (les restes de) leur confort, à protéger à tout prix, tandis que les autres trinquent, servent et meurent, immergés dans une misère et une barbarie quotidienne.

Pour en revenir à la question initiale de cet article, une crise économique subie n’est pas une solution. C’est un facteur d’éclatement de la société. Ce qui doit disparaître, ce n’est pas l’économie (encore moins la vie) en tant que telle, mais les activités fortement émettrices et consommatrices de ressources qui, aujourd’hui encore, sont au cœur de notre économie. Et ceci implique de profonds bouleversements, à travers lesquels il faudra pouvoir protéger notre humanité. Si une décroissance est inévitable, il serait infiniment préférable qu’elle soit accompagnée, pensée politiquement, socialement et économiquement.

Retrouvez les autres articles de la nIEWs 200 spéciale "Effondrement"


[1Ceci ne tient pas compte des émissions autres que le CO2, comme le méthane (NH4) et l’oxyde nitreux (N2O).

[2Ce qui implique de respecter un budget d’émission de 1000 GtCO2 à partir de 2011, selon le GIEC. Pour avoir 50% de chances de rester sous les 1,5 °C, le budget d’émission mondial à partir de 2011 est de 550 GtCO2. Voir : https://www.carbonbrief.org/analysis-only-five-years-left-before-one-point-five-c-budget-is-blown

[3« Porte de sortie » numéro 1 : ce point est charnière, compter sur de nouveaux développements technologiques ou sur des innovations sociales permettant un découplage CO2/PIB rapide à l’échelle mondiale permet d’éviter, ou d’amoindrir, l’inquiétant développement des paragraphes suivants.

[6Nicholas Stern, Economics : Current climate models are grossly misleading, Nature, 24 February 2016.

[7Ce dernier point est défendu par Jorgen Randers, du Club de Rome. Voir l’article : Le monde en 2052, selon le Club de Rome

[8C’est la « porte de sortie » numéro 2. Après tout notre connaissance est limitée, et même les scientifiques peuvent se tromper. Au pire, on trouvera bien une solution d’ici là...



 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens