La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Presse/actualité : sélection du 11 au 17/03/2016
Alain Geerts  •  17 mars 2016  •  Mobilité  •  Aménagement du territoire  •  Climat / changements climatiques / Effet de serre  •  Nucléaire  •  Energie  •  Fiscalité  •  Agriculture  •  Santé environnement

IEW vous propose une sélection et un décryptage éclair, hebdomadaires (tous les jeudis soir), de la presse et de l’actualité relatives à l’environnement.
Et aussi des documents pour approfondir certains sujets abordés.

N’hésitez pas à partager (inscription : Alain Geerts )

Vous ne souhaitez plus la recevoir ? Un mail à Alain Geerts

Si vous ne savez pas lire ce mail, cliquez ici.

Presse belge et environnement

- "Electrabel respecte totalement les normes en Belgique" (Les décodeurs RTBF) Il est vrai qu’Electrabel respecte totalement pour l’instant les normes sismiques en vigueur. Mais la compagnie sera probablement incapable financièrement de respecter cette nouvelle norme sismique européenne Wenra 0.1 g, que l’AFCN s’apprête à transcrire en droit belge en 2017, à moins que la période de prolongation pour Doel 1 et Doel 2 passe de 10 ans à 20 ans. Si le gouvernement n’est pas d’accord avec une telle période de prolongation, il lui serait sans doute préférable de ne pas voter la prolongation de Doel 1 et 2. En effet, il faudrait sinon faire du contorsionnisme avec cette norme Wenra 0.1 g pour que les centrales puissent rester en activité jusque 2025, ce qui sera intenable politiquement et probablement même aussi légalement.
- Electrabel partenaire de la cosa nostra de 2008 à 2010 (Médor n°2) Pendant deux ans au moins, Electrabel, leader du marché de l’énergie en Belgique, a été partenaire en affaires avec la mafia sicilienne Cosa Nostra. Les dirigeants, administrateurs et réviseurs d’Electrabel, n’ont rien fait pour s’opposer à cette alliance contre nature, alors que des signaux d’alerte existaient pourtant à l’époque. (Pour lire l’article, il faut acheter Médor, faites-le, c’est de la presse libre qui vaut le détour !!)
- Ecolo met en doute l’impartialité d’une étude sur le glyphosate (RTBF, les décodeurs) Le face à face des Décodeurs mettait en présence ce dimanche Muriel Gerkens (Ecolo), députée fédérale et Willy Borsus (MR), ministre fédéral de l’Agriculture. Le débat a tourné autour du glyphosate, le pesticide utilisé, entre autres, dans le désherbant Roundup.
- Le MR prêt à réformer le régime des voitures de société (Trends Tendances, 14/03) Vu les difficultés relatives au budget, les pistes de financement se font rares et donc le régime des voitures de société (qui coûte tout de même 3,4 milliards par an) est mis enfin sur la sellette.
- Comprendre le monde pour agir (lalibre.be, 16 mars) l’ambition de ce festival documentaire Millénium : donner aux spectateurs un éclairage sur la société contemporaine pour en faire des citoyens actifs, prêts à peser sur la marche folle du monde.
- Les 5 illusions perdues de la politique de mobilité à Bruxelles (La libre, 16/03) : un ramassis de bêtises débitées par le président de l’asbl DRP (droit de rouler et parquer) !
- Pairi Daiza : à quand la fin des embouteillages autour du parc ? (RTBF, 16 mars) Pas simple de gérer un tel flux de voitures pour de petites entités comme Lens, Brugelette etc...
- Fraude à l’Office wallon des déchets : près de 20 heures d’auditions (Le Soir, 16 mars). Un petit état des lieux sur cette affaire qui embarasse bien le CDh avant l’intervention du ministre président Maniette (enfin !) : Magnette aux fonctionnaires wallons : « Si vous constatez des dérives, dénoncez-les ! »
- Crise du secteur agricole : A quoi sert la Politique agricole commune ? (levif.be, 17 mars) Alors que le secteur agricole est confronté à une crise majeure, où se mêlent colères des producteurs, réunions au sommet de l’appareil politique européen, aides et plans d’urgence divers, le rôle de la PAC (Politique agricole commune) reste encore méconnu. Focus sur cette politique instaurée en 1962 pour prendre des mesures de contrôle des prix et du subventionnement des agriculteurs. Un positionnement d’IEW en la matière : Agriculture : compromis sur la PAC en Wallonie.

L’actualité environnementale sur le Net

- 80 idées de poulaillers originaux C’est bientôt Pâques :-)
- http://www.lcr-lagauche.org/coup-de-sonde-dans-les-plans-nationaux-cuba-et-le-tuvalu-seuls-consequents-face-au-defi-climatique/ On sait entretemps que les projections sur base de ces plans nationaux (dans le jargon, les INDC – pour Intended Nationally Determined Contributions) laissent présager un réchauffement d’au moins 2,7 à 3,7°C d’ici la fin du siècle, soit deux fois plus que les 1,5 à 2°C mentionnés dans l’accord. Mais, au fond, qu’y a-t-il dans ces INDCs ?
- Nicolas Hulot : « Interdisons les pesticides néonicotinoïdes » (lemonde.fr) Si le glyphosate fait aujourd’hui beaucoup parler de lui, il est d’autres molécules qui sont particulièrement dangereuses et devraient être aussi interdites : les néonicotinoïde. Voir pour en savoir plus : Néonicotinoïdes, serial killers !
- Tempête à l’INRA autour d’un rapport sur l’agriculture biologique (reporterre.net) Plus de cent chercheurs en agronomie ont envoyé une lettre à la direction de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA). Dans cette lettre, révélée par Reporterre, les chercheurs vilipendent le parti pris non scientifique d’une étude critiquant l’agriculture biologique. Face à cette bronca exceptionnelle, la direction de l’Institut agronomique se réfugie dans le silence.
- Michel Aubier, un pneumologue qui ne crache pas sur le diesel Par Coralie Schaub — 15 mars 2016 (liberation.fr) Des mécanismes subtils des manoeuvres d’influences des grandes sociétés pétrolières (comme celles du tabac et des pesticides et autres substances chimiques d’ailleurs)...
- Plongez dans la guerre invisible que les multinationales livrent aux États (bastamag.net, épisode 1) Nul besoin d’envoyer canonnières ou porte-avions pour intimider un Etat qui menacerait les intérêts des puissantes compagnies occidentales. Il existe un discret mécanisme pour régler les litiges entre États et investisseurs : l’ « ISDS », pour Investor-State Dispute Settlement, intégré dans tous les traités commerciaux, dont celui en négociation entre l’Europe et les Etats-Unis (Tafta). Selon ses détracteurs, les multinationales bénéficient ainsi d’un pouvoir sans précédent pour échapper aux lois. En partenariat avec des journalistes néerlandais, Basta ! publie en exclusivité une enquête en cinq épisodes sur cette guerre invisible. Ce premier volet vous emmène de Caracas à Amsterdam dans les coulisses d’une bataille aux enjeux gigantesques.
- Quand les Etats, même démocratiques, doivent payer de gigantesques amendes aux actionnaires des multinationales (bastamag.net, épisode 2) Le système d’arbitrage pour régler les conflits entre une entreprise – le plus souvent une multinationale – et un gouvernement a été inventé dans les années 90. Il arbitre les désaccords financiers ou fiscaux comme d’autres institutions arbitrent les conflits frontaliers. A la différence que ce système est privé, opaque, trusté par une poignée de cabinets juridiques et qu’il est impossible de faire appel à la décision, y compris lorsque les amendes s’élèvent à des milliards de dollars.

- 11 mars : Fukushima // 5 YEARS COMMEMORATION Notre petite opération "Sushis" s’est très bien déroulée ! Voici les retours presse : RTBF, Vers l’avenir, bx1, Metrotime, TVBrussel, VRT.
- "Le plastique, c’est pas automatique !" (Ecoconso) Avec sa campagne 2016, écoconso promeut une utilisation raisonnée du plastique et encourage le choix d’alternatives saines et écologiques.
- L’insalubrité de l’environnement provoque 12,6 millions de décès par an (OMS) 12,6 millions de personnes sont décédées en 2012 du fait d’avoir vécu ou travaillé dans un environnement insalubre – ceci représentait près d’un quart des décès dans le monde. Les facteurs de risque environnementaux, tels que la pollution de l’air, de l’eau et des sols, l’exposition aux substances chimiques, le changement climatique ou le rayonnement ultraviolet, contribuent à la survenue de plus de 100 maladies ou traumatismes.


- Institut Emile Vandervelde (centre d’études du PS) – Une réponse sociale au réchauffement climatique. Les enjeux économiques, sociaux et environnementaux se multiplient. Il n’est pas rare qu’ils entrent en conflit les uns avec les autres, parfois durement. Le document analyse quatre secteurs-clés : l’énergie, le logement, la mobilité et l’alimentation. Pour chacun d’eux, l’analyse identifie les tensions entre questions écologiques et sociales, de même que leur impact économique. En définitive, l’analyse tend à démontrer que la transition vers une société respectueuse de l’environnement peut être un vecteur de cohésion et de justice sociale.
- L’insalubrité de l’environnement provoque 12,6 millions de décès par an (OMS) - Le rapport en anglais - 12,6 millions de personnes sont décédées en 2012 du fait d’avoir vécu ou travaillé dans un environnement insalubre – ceci représentait près d’un quart des décès dans le monde. Les facteurs de risque environnementaux, tels que la pollution de l’air, de l’eau et des sols, l’exposition aux substances chimiques, le changement climatique ou le rayonnement ultraviolet, contribuent à la survenue de plus de 100 maladies ou traumatismes.




 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens