La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Points saillants du conseil d’administration d’octobre.
Christophe Schoune  •  22 octobre 2015

-

Un nouveau visage en aménagement du territoire.
Diplômée en sciences économiques et en gestion territoriale, Audrey Mathieu, 34 ans, a rejoint l’équipe d’IEW pour former un tandem avec Hélène Ancion en aménagement du territoire. Elle remplace donc Benjamin Assouad qui, après cinq ans passés chez IEW, est devenu depuis cet été directeur de la rénovation urbaine à la commune d’Ixelles. Responsable de l’Agence de développement local de Wanze puis directrice de l’association de gestion de centre-ville à Namur, Audrey a occupé les fonctions de responsable budgétaire du ministre wallon de l’Aménagement du territoire sous la précédente législature. La politique de la ville occupera le coeur des missions d’Audrey qui sera également à l’écoute associations sur cette thématique majeure pour la fédération. Le conseil d’administration lui souhaite la bienvenue et beaucoup de plaisir dans ses nouvelles fonctions !

Financement des associations.
Le conseil d’administration a pris acte des décisions du conclave budgétaire et qui concernent le secteur associative. Il s’agit principalement de la décision du gouvernement wallon de désserrer l’étau budgétaire qui pénalise depuis plusieurs mois le secteur associatif environnemental. L’intégralité des montants dus aux associations pour les missions exercées en 2015 et liées au Fonds énergie (1,53 million) sera dès lors ordonné cette année. Ce changement d’attitude gouvernementale fait suite à la rencontre entre les ministre de l’Environnement Carlo Di Antonio, de l’Energie Paul Furlan et une délégation du secteur associatif conduite par Marc Lemaire, président d’IEW, à la veille du conclave. Lors de cette rencontre, le ministre Di Antonio a fait part de son souhait d’étudier la mise en place d’un fonds “type Ecureuil” qui permettrait une libération beaucoup plus rapide des moyens associatifs en début d’année, à l’instar de ce qui se fait dans d’autres secteurs. Le principe sera étudié en 2016 et pourrait être étendu à d’autres secteurs. Le ministre de l’Environnement s’est engagé à déposer une note au gouvernement sur la question das le courant du premier semestre 2016.

Mise en œuvre du décret associatif.
Au-delà du volet reconnaissance, le suivi de la mise en œuvre du décret (notamment le volet subventionnement) demeure d’actualité. A ce stade, il apparaît que le cabinet du ministre de l’Environnement examine les dossiers de reconnaissance. Apparemment, il ne se contente pas de valider formellement les dossiers transmis par l’administration, mais il examine/instruit chaque dossier. Quant au volet subventionnement, il est au point mort et le ministre n’a pas fait mystère des questions qu’il se pose sur l’adéquation des moyens par rapport au nombre de demandes potentielles de financement. Son intention est dès lors de postposer à 2017 l’entrée en vigueur du volet subventionnement. Craignant une mise au frigo du décret associatif, le conseil d’administration d’IEW a réaffirmé la nécessité de mettre au plus vite en œuvre le décret dans sa partie subventionnement. Il a mandaté le secrétaire général afin de rencontrer en délégation sectorielle, cet automne, le cabinet du ministre de l’Environnement afin de faire pression et de négocier les modalités de sa mise en œuvre.

Renouveau démocratique au Parlement wallon.
Le conseil d’administration a pris acte des propositions formulées par IEW lors de l’audition de Christophe Schoune dans le cadre de la commission du Renouveau démocratique au Parlement wallon. Cette intervention visait principalement la mise en oeuvre de quatre principes par les pouvoirs publics wallons : la formation des agents publics aux outils et aux processus et à l’encadrement de la participation (à l’échelon local principalement) ; la généralisation de la participation, en amont des processus décisionnels, sur base des leçons tirées par différentes expériences européennes, notamment ; l’organisation de conférences et de panels citoyens et la mise en oeuvre de projets participatifs. Le document est disponible au secrétariat. secretariat@iew.be
Réforme de la fonction consultative. Le conseil d’administration a validé les travaux de la plate-forme société civile pilotée par IEW et a pris acte des rencontres menées avec la direction des syndicats (FGTB et CSC) dans le cadre de la réforme de la fonction consultative. Pour le CA d’IEW, plusieurs points majeurs de divergences demeurent dans les propositions formulées par le Conseil économique et social au gouvernement wallon. Parmi ces points, la composition de la "structure faîtière", qui exclut de facto toute représentation de la société civile hors partenaires sociaux et la possibilité pour cette structure de remettre un avis complémentaire aux avis rendus par les pôles thématiques, sont deux éléments jugés problématiques et en décalage avec certains principes de gouvernance contenus dans la stratégie wallonne de développement durable. Le CA a dès lors donné mandat au secrétaire général pour poursuivre les discussions, selon la feuille de route de la plateforme société civile (IEW, Unab, Aquawal, Parcs naturels, Concertes,…) avec les partenaires sociaux et les membres du gouvernement.

IEW candidate au CA de Natagriwal.
Le CA d’IEW a décidé de poser candidature au CA de Natagriwal pour représenter le secteur associatif environnemental au sein de cette structure chargée de l’encadrement des mesures agro-environnementales. Le CA de Natagriwal regroupe les universités (4 sièges à l’ULG et l’UCL), deux fédérations agricoles (Fwa et Fugea), le secteur forestier (CDAF et NTF), le secteur de la vulgarisation (Cra-w et Agraost), les pouvoirs locaux et régionaux et le secteur environnemental. En accord avec Natagora, le CA d’IEW a choisi de mandater Joelle Huysecom (Natagora) pour représenter la fédération. Lionel Delvaux, qui fera tandem avec Joelle Huysecom au nom de la fédération, sera pour sa part membre de l’assemblée générale de Natagriwal.

La santé-environnement comme thème de campagne bisannuelle.
Le conseil d’administration d’IEW a validé les nouveaux principes qui organiseront le travail de plaidoyer et de communication de la fédération, à partir de 2016, autour d’une nouvelle campagne bisannuelle. La définition et la mise en oeuvre d’actions autour d’un thème bisannuel viseront à soutenir le travail de plaidoyer politique et de fédération afin de rendre davantage visible un enjeu clef ; de porter un message pendant une durée suffisante pour avoir un impact fort tant au niveau politique que citoyen ; et permettre enfin d’être connu et reconnu sur un sujet porté avec d’autres acteurs de la société civile. C’est la question générique de la santé-environnement qui a été retenue comme premier thème de campagne pour les années 2016-2017 sur base, notamment, des préoccupations affichées par les francophones dans le dernier sondage commandé par IEW. En lien avec ce thème, deux axes se dégagent à ce stade : la pollution de l’air et son impact sur la santé ; l’impact des substances chimiques sur la santé humaine et le monde vivant. Pour atteindre l’impact souhaité et mettre en œuvre différentes actions et projets à travers cette campagne, la fédération mutualisera une partie de ses moyens et développera différents partenariats avec des acteurs de la santé, entre autres. Et les associations dans tout ça ? Nos membres seront pleinement associés à l’élaboration de cette campagne dans les prochaines semaines et nous veillerons à ce que la diversité des enjeux portés par la fédération puisse être reliée et trouver écho dans cette campagne. Et s’il fallait encore rassurer les associations qui ne travaillent pas sur les questions de santé-environnement, il est utile de préciser que le travail de plaidoyer "classique" et les services rendus aux membres poursuivront bien entendu leur cours à côté de cette campagne.




 
Dans la même rubrique
Soutiens