La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Trop de chlore dans le lac de Louvain-la-Neuve : on vide !
Fil d’infos  •  14 juillet 2014  •  Eau / Pollution de l’eau

-

À la suite d’un pic de pollution due à la présence excessive de chlore, le lac de Louvain-la-Neuve sera asséché dès le mois de septembre.

Le 9 novembre 2011, le service de gestion des espaces extérieurs de l’UCL entamait une mise à sec du lac de Louvain-la-Neuve pour permettre d’épurer les eaux, de redonner vie à la végétation et offrir la possibilité à la faune de s’y réinstaller. L’opération a été menée à bien. Quelques inquiétudes sont survenues lorsque le lac a été recouvert d’algues, en raison de températures trop élevées et de la présence excessive de nitrates. Cela n’entraînait toutefois aucun désagrément, si ce n’est visuel.

La situation aujourd’hui est plus grave : « Les services de l’UCL ont mesuré un gros pic de chlore. Cela a fait mourir toute la végétation aquatique. Il n’y a plus d’algues, plus de végétaux. Quinze litres d’eau de javel suffisent à tout ficher en l’air. Nous devons remettre le lac en assec et mener la même opération qu’en 2011 mais moins longue, précise Jean-Claude Mangeot. Nous opérerons en septembre. Nous allons reminéraliser la vase et faire germer les graines. La végétation est encore active à cette période de l’année. Nous espérons pouvoir remettre le lac à niveau au plus tard au mois de mars. Cette mise à sec est embêtante, le lac est devenu un lieu d’hibernation pour pas mal d’oiseaux », explique le garde forestier, Jean-Claude Mangeot.

En cause, les produits de nettoyage

La pollution au chlore est sans doute due aux produits de nettoyage utilisés dans les kots étudiants et dans les commerces : « Le lac est alimenté par les eaux de pluie de Louvain-la-Neuve. La pollution est probablement due au déversement excessif de produits de nettoyage polluant lorsque l’on désinfecte les locaux à grands coups d’eau de javel ou de produits similaires ».

La vidange sera partielle : « Nous n’allons pas tout vider. Le lac sera vidangé au trois-quarts. Du côté de l’îlot central, nous allons laisser de l’eau. Cela permettra de ne pas devoir sortir les poissons et de les trier. Certains y ont replacé des carpes », peste Jean-Claude Mangeot. « Il n’y a par contre plus de goujon ni de truite : « Les poissons ont été emportés par la pollution. Ce ne sont pas les cormorans qui ont tout mangé, comme certaines personnes le pensent ».

Jean-Claude Mangeot replantera des roseaux : « Il y a de plus en plus de constructions et donc de plus en plus d’eau de ruissellements. Lors des gros orages, les eaux de ruissellements viennent frapper les roseaux avec de plus en plus de vitesse. Nous allons donc devoir renforcer l’enrochement du côté de l’Aula Magna pour casser la vitesse de l’eau qui arrache les roseaux. »

Source : lavenir.net