Communiqué de presse : Eclairage nocturne : quand est-ce qu’on éteint ?
Marie Roy  •  2 juillet 2013

-
IEW et l’ASCEN appellent le gouvernement wallon à suivre l’exemple français de réglementation de l’éclairage nocturne non résidentiel

Depuis ce 1er juillet, la France applique un arrêté encadrant les horaires de fonctionnement de l’éclairage des bâtiments non résidentiels en vue de réduire la consommation d’énergie et les nuisances pour l’environnement. Selon un communiqué du ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie, cette mesure devrait permettre d’économiser l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 750.000 ménages soit un montant de 200 millions d’euros. Le rejet annuel de CO2 sera lui réduit de quelque 250.000 tonnes.

Inter-Environnement Wallonie et l’ASCEN (Association de Sauvegarde du Ciel et de l’Environnement Nocturnes) saluent cette initiative dont ils défendent de longue date l’application au niveau wallon.

Le décret français concerne à la fois l’éclairage intérieur émis vers l’extérieur (vitrines commerciales, bureaux, etc) et l’éclairage des façades et enseignes. En pratique :

  • les vitrines des magasins de commerce ou d’exposition doivent être éteintes entre 1h et 7h du matin ou une heure après la fermeture si l’activité se poursuit après 1 h ;
  • les éclairages intérieurs des locaux professionnels doivent être éteints une heure après la fin d’occupation ;
  • les façades des bâtiments doivent seulement être éclairées à compter du coucher du soleil et au plus tard jusqu’à 1 h du matin.

L’éclairage des façades et des vitrines pourra faire l’objet de dérogations pour les illuminations de Noël ou dans les lieux touristiques. L’éclairage public n’est pas concerné par ce texte mais plusieurs villes françaises testent des systèmes de déclenchement à la carte pour des raisons économiques et écologiques.

Depuis de nombreuses années, l’ASCEN (pour la Wallonie) et Preventie Lichthinder (pour la Flandre) soutenus respectivement pas Inter-Environnement Wallonie et le Bond Beter Leefmilieu [1] plaident auprès des décideurs belges pour l’adoption de mesures analogues à celle aujourd’hui en vigueur dans l’Hexagone. En vain… Une proposition de décret [2] « Pollution Lumineuse » a bien été déposée devant le Parlement wallon en janvier dernier par M. Desgain, Mmes Cremasco et Saenen (Ecolo) mais elle n’a connu à ce jour aucune avancée notable.

Inter-Environnement Wallonie et l’ASCEN espèrent que l’exemple français et les gains tant financiers qu’environnementaux qui y sont attachés inciteront les politiques wallons (et belges) à agir en faveur d’un éclairage à la fois rationnel et économe. Cela s’avère d’autant plus souhaitable que notre pays est sur-éclairé et figure parmi les champions mondiaux de la pollution lumineuse.

Pour télécharger ce document au format pdf :


[1Ces associations organisent également « La Nuit de l’Obscurité », une opération annuelle qui a pour objectif de sensibiliser le public aux conséquences de l’éclairage nocturne et de la pollution lumineuse. L’édition 2013 aura lieu le samedi 12 octobre. www.nuitdelobscurite.be