Citroën prend les cyclistes pour des débiles !
Alain Geerts  •  15 janvier 2013

Découvrez le Greenwhasing de la semaine, soit le spot TV Citroën C4 avec technologie micro-hybride, proposé par une visiteuse de notre site.


pub Nouvelle Citroën C4 cyclistes 2010 par shadows_lisa

Si l’on passe la chose au crible des critères, on retiendra : utilisation de visuels trompeurs + référence à un aspect restreint du cycle de vie.

Mais poussons l’analyse un brin plus loin...

Le slogan est : "Zéro émission de CO2 à l’arrêt". Ce qui, si l’on veut bien y réfléchir est vrai pour l’ensemble du parc automobile lorsqu’il est garé pendant une bonne vingtaine d’heures par jour sur des km2 d’espace public qui mériteraient d’être utilisés bien plus utilement ! Bon, c’est vrai, la mise en scène nous montre qu’il s’agit de l’arrêt aux feux tricolores. Ce qui donc signifie que ce véhicule est doté d’un système de Stop&Start, système qui n’a plus rien de révolutionnaire et qui équipe déjà une large gamme de véhicules de marques concurrentes. Ce système porte le très sérieux nom "micro-hybride" qui est en fait un abus de langage.

Il est en effet difficile de comprendre ce qui, dans un système Stop&Start relève de la technologie hybride. Sur base de ce qui existe aujourd’hui sur le marché automobile, cette dernière correspond à la combinaison d’un moteur électrique et d’un moteur à explosion, chacun de ces moteurs entrant en action à des moments bien précis de l’évolution du véhicule : l’électrique à vitesse réduite, le thermique à vitesse plus rapide. Système relativement efficace dans la réduction des émissions tant de C02 que des autres polluants d’ailleurs ! L’exemple le plus connu est la toyota hybride qui émet 89 gr/CO2/km, alors qu’ici, les nouvelles C4 émettent de 110 à 150gCO2/km, en fonction de la variante considérée (essence, diesel,etc.). La moyenne des émissions des différentes variantes du modèle étant de 130gCO2/km. Bref, il y a ici une véritable "usurpation de dénomination" qui s’ajoute donc au caractère simplement greenwashant de la publicité incriminée.

Ajoutons à cela qu’il est très facile de désactiver ce système que pas mal de conducteurs ont difficile à gérer dans les embouteillages et que donc, finalement, il permet surtout d’atteindre des résultats convainquants en test, résultats qui n’ont rien (ou peu) à voir avec la réalité des choses.

Toujours à propos du slogan "Zéro émission de CO2 à l’arrêt" : le dioxyde de carbone n’est pas un polluant qui affecte la santé. Ce sont les oxydes d’azote et les
particules en premier lieu (qui, c’est vrai, ne seront pas émis non plus si le moteur est coupé) pour les cyclistes, puis les COV et le CO. Donc, Citroën parle de CO2 parce que c’est à la mode, mais c’est ignorer complètement les problèmes réels auxquels sont exposés les cyclistes.

Quelques remarques sur la mise en scène :

On présente en début de séquence des cyclistes souffrants de la pollution atmosphérique au point d’avoir un air grognon, renfrogné ou de porter un masque. S’il est vrai que rouler en ville en vélo est parfois difficile, essentiellement à cause des bagnoles d’ailleurs, ceux qui le pratiquent régulièrement retiennent surtout les grands avantages qu’il y a à le faire, et particulièrement la vitesse de déplacement du fait de l’évitement des embouteillages. Et comme par hasard, ici, quand la Citroën apparait, on est dans une ville où la circulation est parfaitement fluide, les feux seuls obligeant la voiture à s’arrêter. Et les cyclistes, comme par hasard toujours, s’arrêtent derrière la voiture en question alors que dans la réalité, ils se positionnent de préférence devant les voitures (on y aménage d’ailleurs des espaces dédiés).

N’est-il pas par ailleurs étonnant de constater que les cyclistes roulent, tout joyeux, derrière la bagnole qui redémarre et crache alors ses nuisances à fond !

A ce propos, voici des articles, publiés sur le site sante-environnement.be qui indiquent qu’en milieu urbain pollué par la voiture, ce n’est pas nécessairement le cycliste qui est le plus affecté par la pollution :

- Face aux particules fines : mieux vaut être sur son vélo que dans son auto !

- Vélo en ville : les avantages l’emportent sur les risques

- Mortelle bicyclette ?

D’autres détails permettent sans erreur de comprendre qu’on est là dans un vision parfaitement erronée de ce que représente le vélo en ville : une vision automobilicentriste à n’en pas douter !!

Bref, c’est donc sans la moindre hésitation que nous vous présentons cette "manip" dans la catégorie des "pubs greenwashantes".

A la semaine prochaine !!